formation drone

Formation drone, comment devenir pilote de drone ?

Afin de devenir pilote de drone professionnel (et de respecter la règlementation de l’ aéronautique en vigueur), il est nécessaire d’obtenir des diplômes d’état décernés par la DGAC ( Direction générale de l’ aviation civile ), voire d’avoir suivi plusieurs formations pratiques dispensés par un centre de formation professionnelle agréés.

Formation pilote de drone, la réglementation en vigueur ?

Tout d’abord, un âge minimal est requis pour le pilotage de drone :16 ans révolus pour des scénarii S1 (vol à vue), S2 (vol hors-vue à moins de 1 km du télépilote) et S3 (vol en zone peuplée) ET 18 ans révolus pour les scénarii S4 (vol hors-vue).

Formation drone et compétences théoriques

Cette instruction, dispensée en école de pilotage, permet d’obtenir, après la réussite d’un examen théorique de pilote, un certificat d’ aptitude théorique de télépilote qui sera délivré par la DGAC. Ce certificat est indispensable pour pouvoir piloter tout type de drones civils professionnels (à l’exception d’ aérostats captifs).
Cette formation de pilote est insuffisante pour pouvoir faire voler un aéronef dans le cadre du scénario opérationnel S4. Le télépilote doit la compléter en détenant en sus une des licences suivantes : pilote d’avion, pilote d’hélicoptère, licence de planeur incluant le vol en campagne.
Il est important de noter que toute licence délivrée par un autre état membre de l’union européenne selon la réglementation AESA sont valides à l’exception des brevets ULM (et des formations ULM associées), du brevet de base et du LAPL comportant une restriction au vol local.
Sont aussi acceptés les titres délivrés par le ministère de la Défense identifiés dans l’ arrêté du 5 septembre 2014.

Formation drone et compétences pratiques

Une formation drone pratique est nécessaire pour valider l’aptitude du pilote de drone à exercer. A l’exception des télépilotes d’aérostats captifs qui doivent suivre une formation pratique très poussée (décollage, atterrissage, exercices, etc.) et détenir une attestation de suivi de formation. Un télépilote ne peut pas assurer sa propre formation drone pratique).
Celle-ci, délivrée par un des instructeurs de l’ organisme de formation, doit être jointe au manuel d’activité particulière de l’exploitant de drones. Par ailleurs, tous les télépilotes d’aéronefs de plus de 25 kg (sauf aérostats captifs) doivent obtenir une attestation de compétence spécifique délivrée par la DSAC.

A quelle nouvelle réglementation le télépilote sera-t-il soumis demain ?
Chaque Etat membre de l’Union Européenne applique à l’heure actuelle sa propre réglementation afin de sécuriser son espace aérien.
Afin de favoriser le développement de l’activité drone en Europe, la commission a élaboré deux règlements (2019/947 et 2019/945) visant à harmoniser les pratiques au sein de l’Union. La DGAC les a traduits en plusieurs arrêtés (dont l’arrêté formation).

Actuellement, la réglementation est définie en fonction du poids du drones et de son usage : aéromodélisme (drone loisir), expérimentation (tests réalisés par les constructeurs), et les activités particulières (drone civil). La future réglementation définie par les autorités de l’ aviation civile abroge cette philosophie au profit d’une réglementation proportionnée directement liée aux règles de sécurité mises en œuvre pour assurer la sécurité des personnes au sol.

Dans le cadre de l’arrêté formation, les programmes de formation drone et les diplômes nécessaires pour exercer sont en cours de refonte en fonction de trois nouvelles catégories : ouverte, spécifique et certifiée.

A l’heure actuelle, seules les nouvelles formations associées à la catégorie Ouverte (vols à vue, à faible hauteur avec des aéronefs ayant un poids inférieur à 25 kg, sources d’un faible risque pour les personnes aux sols) ont été définies.

– Pour les drones de moins de 250 grammes (sous-catégorie A1), aucune formation ne sera requise.

– Pour un drone inférieur à 900 grammes volant près de tiers (sous-catégorie A1), une nouvelle évaluation appelée Fox Alpha Tango Version 2 sera disponible. Les QCM porteront sur plus de modules avec un examen plus long (40 questions-réponses – 75% de taux de bonne réponse au minimum) que la formation loisir actuelle (5 modules – 20 questions-réponses – 100% de réussite).

– Pour tout drone d’un poids inférieur à 4 kg volant à distance des tiers (sous-catégorie A2), il faudra obtenir l’évaluation Fox Alpha Tango Version 2, réaliser une auto-formation pratique déclarative et suivre une formation théorique complémentaire afin d’obtenir le « brevet d’aptitude de pilote à distance » qui devra être renouvelé tous les 5 ans
Pour les drones de moins de 25 kg en zone non peuplée (sous-catégorie A3), le télépilote devra avoir suivi et obtenu la formation Fox Alpha Tango Version 2.
Les programmes de formation applicables aux catégories spécifiques et certifiées sont toujours en cours de définition et les périmètres couverts restent toujours flous à ce jour.

Quel horizon pour ces changements de réglementation drone ?

Un planning de transition est en cours de discussion avec l’Union Européenne. Les nouveaux examens seront disponibles qu’à partir du 1er janvier 2022. Les nouvelles formations de pilote seront obligatoires à compter du 31 décembre 2025. Durant la transition, les diplômes actuels resteront valides.

Quel financement pour votre formation pilote de drone ?

Vous souhaitez être pilote de drone professionnel ? Vous êtes demandeur d’emploi ou en reconversion professionnelle ? Vous cherchez un instructeur formateur ou une école de formation ? La formation au pilotage de drone est une formation obligatoire. Vous pouvez comparer le programme de formation pilote de drone de chaque école. Renseignez-vous car il y a plusieurs moyens d’être financé avec des aides financières telles que DIF lors d’une formation professionnelle, votre compte personnel de formation CPF, ou FONGECIF. Le Fongecif accompagne les salariés dans leurs projets personnels de formation et les aider à financer leur projet. Ou si vous êtes salarié d’une entreprise, c’est L’ OCPA qui peut contribuer au financement de votre formation drone.

Ce que peut vous apporter le logiciel DRONECARE ?

Le logiciel de gestion de drone professionnel DroneCARE offre à l’exploitant la possibilité de :
Déterminer les compétences (aéronautiques et/ou métiers) nécessaires pour exécuter une activité particulière,
Définir les moyens de valider les acquis des télépilotes (brevet de pilote, diplôme d’Etat, auto-évaluation habilitation interne)
Formaliser le plan de formation que devront suivre les télépilotes de drone
Référencer les organismes de formation externe.
Réaliser un suivi temps-réel du cursus de formation de chacun de ses télépilotes ET vérifier en amont que ce dernier respecte la réglementation avant de pouvoir l’affecter à un vol.